Publications

Sommaire
  • Echanges
  • Le Merlion
  • Revue Sécurité et Stratégie
  • Gérer les risques criminels en entreprise
  • La délinquance des mineurs
  • Prisons en Europe
  • Les robes noires dans la guerre économique
  • Police Judiciaire 100 ans avec la crim’ de Versailles
  • Histoire criminelle de la France
  • Vers une souveraineté industrielle
  • De mal à personne
  • L’enfant aux cailloux
  • Histoire du 36 quai des orfêvres illustrée
  • Arnaques
  • Quelles guerres après Oussama ben Laden
  • L’influence ou les guerres secrètes
  • BRI : Histoire d’une unité d’élite
  • L’usurpation d’identité
  • Echanges

    Echanges

    la dixième aventure de la commissaire Edwige Marion, aux prises avec les conséquences de sa blessure à la tête, un passé qui ne cesse de refaire surface quand elle voudrait passer à autre chose, des personnages qui se prennent pour sa conscience, des nuits sombres et une actualité qui la frappe de plein fouet avec la disparition d’un enfant de cinq ans qui lui en rappelle d’autres… En marge de l’équipe d’enquête, elle prend tous les risques pour prouver à tous qu’elle est encore vivante…

    _______________________________

    Le Merlion

    Le Merlion
    L’ouvrage, du type « roman policier », reste fidèle au genre où l’action le dispute au suspense habilement tricoté. L’exotisme, la violence souvent sadique et le sexe libéré ajoutent les ingrédients « modernes » à une œuvre intéressante.
    Sur la forme
    La lecture est facile avec toutefois des butées quant à l’identification précise des protagonistes qui, il est vrai, appartiennent à un monde asiatique peu familier des européens notamment quant à la reconnaissance immédiate des identités : qui est qui ? Cependant passé cette difficulté, le texte se déroule avec bonheur. Les nombreuses diversions dues au montage alambiqué de la Triade chinoise distillent savamment des éléments d’information autorisant le développement d’intrigues collatérales sans ouvrir trop tôt le dénouement que le Commissaire Paul COMERTON a, grâce à sa connaissance des « profondeurs de l’âme humaine », a discrètement discerné.
    Le style, de caractère journalistique, aux phrases courtes et rapides est aéré, est bien dans l’air du moment où il ne faut pas perdre de temps.
    Sur le fond
    L’intérêt du livre est de nous faire entrer au sein d’une triade chinoise dont les menées criminelles sont comme l’économie moderne, mondialisée. Les déplacements aériens incessants des protagonistes traduisent cette poursuite sans vergogne du pouvoir et de l’argent qui ne caractérisent pas uniquement les entreprises en marge de la société. Nous suivons parallèlement les diligences policières qui se sont fort bien adaptées à l’évolution de cette criminalité qui impose des coopérations internationales serrées avec cependant le goût du secret où filtre la notion de souveraineté : on ne partage pas tout ! Par ailleurs à l’instar de Jean BRUCE, auteur bien connu de romans d’espionnage dans les années « soixante « on découvre, par petites touches, des lieux exotiques que l’auteur a parcourus lui-même et qu’il connaît fort bien. Le héros du roman, le commissaire Paul COMERTON, ressemble à bien des égards à l’auteur, le commissaire divisionnaire Charles BEYNE dont le passage à la DST, service de contre espionnage français, les années de coopération internationale de Police notamment à Singapour et les affectations Outre-mer, ressortent à moult occasions au fil de l’ouvrage.
    Sans être autobiographique le livre dévoile, aux lecteurs qui l’ont connu, une belle part de la personnalité de son auteur.
    Gilles CARETTO Avril 2014

    __________________________________________

    Sécurité et Stratégie

    Sécurité et Stratégie

    _________________________________________

    gérer les risques criminels en entreprise

    Ce livre d’Alain Juillet, Olivier Hassid et Mathieu Pellerin, paru aux Éditions De Boeck, Collection Professionals, constitue un véritable vade-mecum du directeur de sûreté.
    Cet ouvrage ne se limite pas à lister les diverses formes de prédation qui menacent l’entreprise. Après les avoir passées en revue, les auteurs précisent le cadre juridique ainsi que les normes en vigueur et évoquent les différents acteurs intervenant dans le domaine de la sûreté. La répartition des responsabilités, sur laquelle insistent les auteurs, est mise en exergue comme une exigence d’un système de management de la sûreté. C’est sans doute ce dernier point qui constitue l’apport innovant de cette livraison. L’auteur de ces lignes qui s’est particulièrement investi dans la mise en place du système de management de la sûreté du Groupe Total ne peut que saluer la promotion de cette démarche encore innovante. Au-delà du profil et du positionnement du directeur de la sûreté, c’est la fonction de sûreté dans son ensemble et son avenir qui est en jeu ici. Il fallait bien la notoriété des auteurs pour légitimer cette étape dans l’évolution de cette mission qui est au cœur des objectifs du Pôle. A tel point que nous avons souhaité consacrer à la thématique ici évoquée, notre déjeuner-débat du 12 juin, en compagnie des auteurs.

    ________________________________________
Délinquance des mineurs
La délinquance des mineurs
Relever le défi
Mohamed DOUHANE
Bourin Edition
Le livre de Mohamed Douhane dresse un constat extrêmement lucide sur la délinquance des mineurs. Refusant la langue de bois et le politiquement correct, il milite pour une vision globale de ce problème intégrant l’ensemble des acteurs de la chaîne pénale et de sécurité. Il souligne aussi à quel point cette question constitue un problème de société qui dépasse les débats techniques mais interroge profondément le vivre ensemble.
Soucieux de construire des solutions, il conclue son livre par un programme de 25 propositions qui méritent chacune réflexion. Un livre à lire absolument.
Eric DELBECQUE
__________________________________________

Prisons en Europe
Prisons en Europe
Sonja SNACKEN
Editions Larcier
« Pourquoi parler des droits des détenus et pourquoi les défendre » ? Parce que cela s’inscrit dans le cadre d’une « conception de la démocratie indissociable de l’Etat de droit fondé sur le respect des droits de la personne, y compris ceux des minorités impopulaires ». Ces quelques phrases pourraient à elles seules résumer l’ambition de l’ouvrage de Sonja Snacken.
Forte de son expérience professionnelle, en qualité notamment d’experte au Comité Européen de Prévention de la Torture, et s’appuyant sur trente ans de recherche empirique, Sonja Snacken nous offre un éclairage captivant sur la montée en puissance du droit dans les prisons européennes. L’opportunité d’une protection accrue des droits fondamentaux des détenus, le rôle du personnel pénitentiaire, la place des victimes, la réalité de la violence institutionnelle de la prison, la conciliation entre l’objectif de sécurité et d’ordre public, et l’instauration d’un régime pénitentiaire équitable respectant la dignité des détenus, sont autant de questions complexes que l’auteur analyse avec pertinence. Au final, elle nous invite à adopter une autre vision de la place et du rôle de la prison dans la société et à ne pas oublier que les détenus, en dépit des faits qu’ils ont commis, demeurent encore des citoyens de droit.
Elsa GAUSSIN
__________________________________________

Les robes noires
Les robes noires dans la guerre économique
Thibault DU MANOIR DE JUAYE
Monde Editions
La concurrence est le fondement même de l’économie libérale. Le dictionnaire rappelle que c’est aussi le fait de se trouver en opposition d’intérêt dans la poursuite d’un même but, chacun visant à supplanter son rival. La question est alors posée des moyens : tant qu’ils demeurent loyaux, la concurrence s’opère au profit du marché qui naturellement s’équilibre. C’est au moins le postulat de la doctrine libérale.
Mais dans un contexte d’hyper-compétition, les coups sont parfois portés au-dessous de la ceinture. Et des intérêts nationaux, à un titre ou à un autre, peuvent être en jeu. On peut alors parler de guerre économique, notamment lorsque les cibles sont des entreprises phares. Maître Thibaut du Manoir nous conduit dans les dédales judiciaires de ces batailles pour la conquête commerciale et par le droit que se livrent les entreprises, les Etats et certaines organisations non gouvernementales instituées de facto en véritables acteurs économiques plus ou moins instrumentalisés. A partir d’affaires traitées dans les prétoires, du terroir à la haute technologie, dont on suit les rebondissements judiciaires mais aussi périphériques, l’auteur nous présente tous les enjeux juridiques. Son expérience le conduit à affirmer que dans la guerre économique, celle du droit aura bien lieu.
Thierry RAIMBAULT

__________________________________________

PJ 100 ans avec la crim' de Versailles
Police Judiciaire
Par Danielle THIERY et Alain TOURRE
Editions Jacob-Duvernet
De la bande à Bonnot aux crimes de l’infirmière Christine Malèvre, en passant par ceux d’Action Directe, des sillons tracés dans le sang de victimes innocentes aux fins tragiques de personnages comme Stevan Markovic ou Robert Boulin, d’Eugène Weidmann, le dernier condamné à mort exécuté en place publique, à la première évasion en hélicoptère de l’histoire des prisons, les grandes affaires criminelles traitées par la PJ de Versailles, depuis un siècle, n’ont rien à envier à celles qui ont fait trembler les murs de son illustre voisin, le 36 Quai des Orfèvres!
C’est toute cette histoire mouvementée et passionnante que racontent les auteurs. Et ils savent de quoi ils parlent. Alain Tourre a passé 13 ans au SRPJ de Versailles, dont 3 ans comme directeur, et Danielle Thiéry, auteur de polars à succès, a été la première femme commissaire divisionnaire de la police française.
Ces deux grands flics évoquent également les dossiers non refermés, les affaires non résolues, comme l’assassinat de Sabine Dumont, les meurtres des femmes martyres de la RN20 et la dispsrition d’Estelle Mouzin, autant de clous plantés dans les mémoires et les coeurs des flics versaillais dont les témoignages, pour la première fois, illustrent ce livre.

_______________________________________

une histoire criminelle de la France
Une histoire criminelle de la France
Par Alain BAUER et Christophe SOULLEZ
De la Cour des Miracles à la French Connection, de Mandrin à la Brise de Mer, de Pierrot le Fou à Mesrine, des Apaches aux gangs actuels, mais aussi de Fouché aux brigades du Tigre, cet ouvrage témoigne des figures criminelles et aussi policières qui ont marqué leur époque. Au-delà de ces personnalités mythiques et des seuls faits divers, il cherche surtout, en les replaçant dans leur contexte économique et social, à cerner les évolutions et les ruptures pour esquisser une véritable histoire sociale de la France. Condensé des imperfections humaines, le criminel, individu parfois incarné par le pouvoir, est en effet un formidable révélateur des forces et des faiblesses d’une société, nous en apprenant énormément sur nous-mêmes, par ses actes comme par la façon dont nous tentons d’y faire face.
Le crime est inhérent à toute société humaine. Et pourtant, l’histoire montre bien la relativité de la criminalité et ses transformations au cours des siècles. À la persistance de certains comportements à travers le temps répond la variété des crimes, en nombre et en qualité, qui illustrent chaque période.
L’histoire du crime, c’est aussi l’histoire d’un pays !
Alain Bauer est professeur de criminologie au Conservatoire national des arts et métiers, à New York et à Pékin. Il a notamment publié une Géographie de la France criminelle.
Christophe Soullez est criminologue et chef du département de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales. Il a notamment publié Violences et insécurité urbaines.

________________________________________ 

Vers une souveraineté industrielle
Par Eric Delbecque et Angélique Lafont
Editions Vuibert
En tout état de cause, notre pays se montre trop réceptif aux discours simplistes sur la fin de l’ère industrielle et le découplage politique/économie. Si l’Etat actionnaire a sans aucun doute vécu, si le protectionnisme de principe et le « nationalisme économique » apparaissent indiscutablement dangereux et inadaptés aux défis auxquels nous sommes confrontés, il semble tout aussi imprudent de ne pas comprendre que la « connivence » public/privé constitue le cœur d’une économie compétitive.
Le corollaire de cette idée est qu’il existe des périmètres stratégiques au cœur de l’activité industrielle d’une nation. Il est utile à la collectivité que ces derniers fonctionnent alors en observant des règles dérogatoires. Toutefois, dans un monde aux frontières poreuses, les « secteurs stratégiques » ne peuvent plus former uniquement une liste statique à la Prévert. L’Etat peut légitimement élaborer un système d’intervention ad hoc pour imposer un cadre particulier en tant que de besoin.
En résumé, il importe d’être plus ferme dans la conviction que nous devons rendre de nouveau légitime, dans les esprits, l’idée de souveraineté industrielle… Non pas celle de « souverainisme » industriel, ce qui n’a économiquement et politiquement aucun sens ! Il ne s’agit pas de s’isoler du reste du monde, mais de promouvoir la réciprocité des comportements économiques.

________________________________________

De mal à personne
De mal à personne
Par Odile Bouhier
Editions Presses de la Cité
Le commissaire Kolvair a perdu une jambe dans une tranchée de la grande guerre, ce qui ne l’empêche pas d’être mélomane et de promouvoir, à travers ses enquêtes, une conception moderne de la police. A Lyon, il s’est installé dans les combles du Palais de justice d’où, avec le professeur Salacan, directeur du tout récent laboratoire de police scientifique, il tente d’intégrer des méthodes scientifiques dans les investigations criminelles, dans la droite ligne des théories révolutionnaires du professeur Edmond Locard qui fut à la criminologie ce que Bertillon était à l’anthropométrie. Inutile de dire que leur parcours n’est pas semé de roses… C’est dans son premier roman, « le Sang des bistanclaques » que l’auteure nous les a fait découvrir ces héros des années 1920, pour notre plus grand plaisir.
« De mal à personne » nous entraîne des cuisines du Grand Hôtel de Lyon à la colonie pénitentiaire de Mettray, tombeau de nombre de jeunes délinquants, aux trousses de l’assassin d’un riche industriel lyonnais tué à l’arme blanche. C’est, au-delà d’une histoire policière, une plongée aux sources de la science criminelle avec des experts bien attachants.
Scénariste de profession, Odile Bouhier possède un style inimitable, une écriture précise et sobre, du tact et de la sensibilité, tout ce que l’on aime.

________________________________________

L'enfant aux cailloux
L’enfant aux cailloux
De Sophie Loubière
Editions Fleuve Noir
Elsa Préau est une vieille dame comme il y en a tant. Murée dans la solitude des gens de son âge et, comme eux, embusquée derrière ses rideaux. De l’autre côté de la rue, une famille tout aussi ordinaire, un couple et deux jeunes enfants. Elsa, elle, en voit un troisième, le dimanche, triste et en mauvais état, qui joue seul sous un arbre. Maltraité, se dit la dame qui part en campagne. Ecole, services sociaux, police… On l’écoute mais comment la croire ? L’enfant dont elle parle n’existe pas et, pire, Elsa n’est pas une femme ordinaire, justement. Elle a, comme on dit, un passé. L’auteur campe un personnage exceptionnellement fort, avec une maîtrise du sujet de la singularité qu’on aurait tôt fait de nommer folie et un art du récit qui place ce livre au premier plan du genre.
Sophie Loubière est un auteur exigeant, une « Agatha Christie qui pète un plomb », selon JB Pouy qui a préfacé le livre. « L’enfant aux cailloux » est son sixième roman. Elle est aussi connue pour avoir bercé les oreilles des amateurs de littérature noire dans une chronique « Parking de nuit » sur France Inter et « Info polar » sur France Info.
_____________________________________ 

L’histoire du 36 illustrée
Editions Jacob-Duvernet
Dans la collection « Beaux Livres » aux Editions Jacob-Duvernet, la version illustrée du livre « Histoire du 36 quai des Orfèvres » de Claude Cancès est un des incontournables ouvrages du genre de cette année.
Co-signé par Charles Diaz, le livre nous propose une virée dans le Paris du Crime (avec carte à l’appui) à travers les grandes époques de l’histoire et les affaires criminelles qui les ont marquées. De Nicolas de la Reynie, homme de simarre et d’épée, fait lieutenant général de Police « par la volonté du Roy Louis XIV » en 1667, à la période actuelle où les hommes en blanc de la police technique et scientifique hantent désormais les « scènes de crime » en passant par la bande à Bonnot, Bertillon, le gang des tractions avant, celui des Postiches et quelques emblématiques escrocs ou sinistres assassins, ce livre, unique, est un enchantement. Ajoutons qu’il nous invite à une découverte de photos exceptionnelles et, pour la plupart, encore jamais vues. Un livre-référence, à découvrir absolument.
Préface de Michel Gaudin, Préfet de Police
Claude Cancès, ancien directeur de la Police judiciaire de Paris, membre du Pôle Expérience Sécurité

Charles Diaz, contrôleur général de la police nationale, auteurs de plusieurs ouvrages (Les grands flics de Légende, La nouvelle épopée des brigades du Tigre aux éditions Jacob-Duvernet)
________________________________


 

Arnaques
Le manuel anti-fraudes
Auteurs : Pons Noël et Berche Valérie
Date de parution : 05/02/2009
ISBN : 978-2-271-06792-0
15 x 23 – 288 p
Prix TTC: 20.00 €
Comment connaître, comprendre et déjouer la fraude ? Voici le livre de référence sur le grand fléau des économies modernes, le guide utile qui vous apprendra à repérer un détournement de données bancaires, une falsification de salaire, un camouflage de dettes ou un circuit de surfacturation. Produits sans factures, factures sans produits, sociétés écran, sables mouvants des faux documents et des paradis ficscaux… Jamais les fraudeurs n’ont été aussi nombreux, créant des circuits autonomes et occultes qui se moquent des frontières et contournent les systèmes juridiques. Contre cette délinquance protéiforme qui profite de la mondialisation, Noël Pons et Valérie Berche proposent aussi des outils de prévention : dispositifs d’alerte, indicateurs de risque, investigations informatiques…Une immersion passionnante dans le monde très secret des fraudeurs et de ceux qui les combattent.
Inspecteur des impôts et conseiller au Service central de prévention de la corruption (SCPC), Noël Pons a notamment publié Cols Blancs et mains sales : économie criminelle, mode d’emploi en 2006. Valérie Berche est directrice de l’audit groupe La Française des jeux.
CNRS éditions
__________________________
i
i

Quelles guerres après Oussama ben Laden
Voilà Oussama ben Laden éliminé. Depuis deux ans d’ailleurs, son courant islamiste jihadi, naguère encore capable des pires attentats, était discrédité dans tout le monde musulman. En matière de sécurité globale, quelles menaces, quels conflits désormais ? Le problème est grave, car l’Europe identifie mal ses ennemis. Or les combattre suppose de les connaître : comment préparer la défense de demain si l’on ignore tout de ceux qu’il faudra affronter ? Alors que, aujourd’hui, l’ennemi ne va plus de soi et que bandits et terroristes mutent et s’hybrident toujours plus, à l’heure où s’accroît la mondialisation criminelle, ce livre répond précisément à ces questions, grâce à l’apport croisé de la géopolitique et de l’expertise criminologique.
Xavier Raufer est directeur des études au Département de recherche sur les menaces criminelles contemporaines à l’université Paris II et professeur associé à l’Institut d’étude du terrorisme et du crime organisé à l’université de science politique et de droit de Pékin.
« Quelles guerres après Oussama ben Laden », aux  éditions PLON
__________________________


L’influence ou les guerres secrètes

D
e la propagande à la manipulation
Les guerres secrètes existent. Mais elles ne ressemblent guère aujourd’hui aux intrigues les plus folles des blockbusters hollywoodiens. Pensons-nous qu’un quelconque savant fou rêve de devenir le maître de l’univers en créant un super-soldat puis en le clonant à des millions d’exemplaires ? Evidemment non. Un cénacle occulte se réunit-il dans des bases ultrasécurisées pour planifier la conquête du monde par des agents infiltrés dans les plus hautes sphères gouvernementales ? Encore non. Existe-t-il à la surface du globe un génie criminel au QI exceptionnel capable d’inventer une arme terrifiante lui permettant de faire chanter tous les États de la planète ? Toujours non. Lex Luthor, tout comme le professeur Moriarty, le Docteur No ou l’organisation du Spectre, habitent l’imaginaire des scénaristes mais pas des souterrains sécurisés sous nos cités, ou des châteaux médiévaux fortifiés, au fond de sombres campagnes au climat transylvanien…
À mille lieues de l’attirail fantasmatique de toutes les formes de théories du complot, ces guerres « masquées » se révèlent à la fois bien plus prosaïques et plus complexes à explorer. Il faut les chercher sur le terrain de l’influence, des stratégies pour configurer et par conséquent contrôler – de la manière la plus discrète possible – l’espace mental, collectif ou individuel, et le maillage normatif. L’influence, pour reprendre la formule de Walter Lippmann, c’est la « fabrique du consentement ».

Éric Delbecque
dirige le département sécurité économique de l’Institut National des Hautes Études de la Sécurité et de la Justice (INHESJ). Il est membre du conseil scientifique du CSFRS. Il a été directeur de l’Institut d’Études et de Recherche pour la Sécurité des Entreprises (IERSE), expert au sein de l’ADIT (société nationale d’intelligence stratégique) et responsable des opérations d’intelligence économique et de communication de crise au sein d’une filiale de La Compagnie Financière Rothschild. Il enseigne également à l’ENA. Il est enfin expert pour l’Association Progrès du Management (APM). Il est notamment l’auteur de : Le leadership de l’incertitude ou la Renaissance des organisations (Vuibert), La métamorphose du pouvoir. La chance des civilisations (Vuibert), Quel patriotisme économique ? (PUF), L’intelligence économique (PUF), L’Europe puissance ou le rêve français (Syrtes), Les Chants de guerre (Éditions du Rocher).
« L’influence ou les guerres secrètes
De la propagande à la manipulation »
Editions Vuibert
ISBN : 978-2-7117-6872-1
______________________________

La critique de  Gilles CARETTO (Novembre 2011)


BRI : Histoire d’une unité d’élite
L’auteur nous livre, ici, la chronique, vivante et dynamique d’une unité d’élite de la Préfecture de Police de Paris, la BRI (Brigade de Recherche et d’Intervention). Créée en 1964 par le Commissaire Divisionnaire François Le MOUËL elle est connue également comme la Brigade Antigang dont le patron le plus médiatique fut Robert BROUSSARD. Devant la recrudescence, à l’époque, des attaques à mains armées, alors que le mode d’action traditionnel de la Police judiciaire rencontrait une certaine inefficacité, voire inadaptation, Le MOUËL eut l’idée de rechercher, au préalable, le maximum d’informations sur le mode de vie (activités, adresses, concubines, relations, lieux fréquentés, véhicules, etc.) de truands connus  susceptibles de récidiver, en mettant en œuvre des surveillances et écoutes téléphoniques continues. Ayant ainsi déterminé les objectifs des voyous, le lieu et la date du passage à l’acte il s’agissait d’organiser, dans les meilleures conditions, l’intervention de Police qui agirait soit avant la commission des faits (tentative punissable, association de malfaiteurs) soit après l’attaque, sur les voies ou les lieux de repli quand les auteurs seraient plus détendus et toujours porteurs du butin (éléments matériels du crime). L’idée centrale de ce nouveau concept d’action était  de bien connaître les individus dangereux et d’éviter toute intervention en flagrant délit source de dommages collatéraux ou « bavures ».
Le livre de Danielle THIERY, elle-même commissaire de Police, montre avec de nombreux exemples, tirés du quotidien de la BRI, combien ce nouveau concept a fait ses preuves dans des affaires retentissantes au plan médiatique ( Mesrine, le gang des Postiches, etc.)
Au-delà de la chronique des affaires, l’auteur nous fait bien sentir l’esprit,  les tensions, les risques et les drames que connaissent ces hommes et ces femmes dont l’engagement est quasi-total en termes de disponibilité, de compétences techniques, de solidarité voire de fraternité devant le danger toujours présent dans ce type d’intervention.
L’ouvrage se lit rapidement grâce à une narration faite au présent qui garde ainsi son caractère dynamique où dominent des phrases courtes. Le style s’apparente au reportage  qui inclut de nombreuses citations venues des policiers eux-mêmes. L’efficacité de ce style se voit par la saisie immédiate du lecteur qui partage l’ambiance à la fois tendue de l’action, la déprime de l’attente et des surveillances interminables ainsi que la joie des succès ou  la tristesse des échecs quand des camarades sont tués ou blessés en opération.
Le lecteur policier y reconnaîtra la valeur du travail en équipe et la discipline qui  garantissent  tous deux la qualité des informations sur lesquelles va reposer l’efficacité de l’intervention. Il partagera également, la satisfaction voire la fierté que ressentent les hommes et les femmes de la BRI lorsque « l’ennemi public » est sous les verrous. Les autres lecteurs apprendront beaucoup de choses sur le quotidien de ce type d’intervention particulièrement risquée. Cet ouvrage est un hommage au courage des membres de la BRI et au sacrifice de certains. Il écarte toute vision romanesque voire romantique de la Police Judiciaire. Il est plus proche du monde du renseignement et d’action que de l’enquête proprement dite. Il est, par ailleurs, marqué par la sécheresse des faits et montre que la psychologie  personnelle de ces policiers d’élite s’efface au profit  de l’esprit de groupe imposé par le montage serré de l’intervention.
Ouvrage intéressant et utile pour l’ouverture qu’il nous offre sur une brigade au nom largement médiatisé alors que nous savons peu de chose sur les policiers qui la composent.
BRI : Histoire d’une unité d’élite, de Danielle THIERY.
Editions  Jacob-Duvernet (Mai 2011)
_______________________________________


L’usurpation d’identité
ou l’art de la fraude sur les données personnelles
Fraudes sur l’état-civil, vols de données personnelles sur Internet, prise de contrôle à distance des ordinateurs, escroqueries par téléphone, hameçonnage, plagiat, leurre, falsification… A l’heure de la mondialisation, l’usurpation d’identité menace chaque jour davantage les citoyens, la vie des entreprises et la sécurité des Etats. Avec, pour les victimes, des conséquences émotionnelles et psychologiques souvent très lourdes. Comment connaître, comprendre et déjouer cette délinquance de plus en plus sophistiquée ?
Voici le livre de référence sur la fraude identitaire, le guide utile qui vous apprendra à repérer les pièges tendus par les cybercriminels et autres voleurs de données. Des réponses concrètes existent pour lutter contre ce fléau : amélioration de la coordination entre les Etats, sécurisation des réseaux, coopération effective entre secteurs public et privé, harmonisation des documents d’identité à l’échelle internationale, généralisation des puces électroniques introduisant une sécurité cryptographique…
Un état des lieux inquiétant, mais aussi l’exploration de nouveaux remèdes, visant à endiguer une menace criminelle qui nous concerne tous.
Après une carrière internationale essentiellement tournée dans les domaines de la monétique et du conseil, Guy de FELCOURT exerce les fonctions de directeur de la filiale française du groupe d’assistance/assurance CPP, spécialisé dans la protection des consommateurs. Spécialiste reconnu des questions liées aux fraudes et technologies modernes, il participe notamment aux travaux du conseil du «ResoClub European Fraud Prevention» (Association européenne de lutte contre la fraude) et assure les fonctions de président de l’atelier identité numérique de « Forum Atena », une association pour la diffusion des nouvelles technologies.
Préface de Christophe Naudin.
L’usurpation d’identité ou l’art de la fraude sur les données personnelles
Guy de FELCOURT
CNRS Editions

© Copyright Pôle Expérience Sécurité 2011 | Contact | Mentions légales | Site crée par Fehu.fr